Vous êtes...

Retourner vers les articles
Coup de blues ?
Articles

Coup de blues ?

Les journées qui raccourcissent, la température en chute libre... les vacances d'été nous paraissent déjà loin. Ne cherchez pas : c'est le blues automnal. Voici quelques conseil pour lutter contre la déprime saisonnière au bureau.

Camille Albouy
November 24, 2021

On part le matin, il fait nuit. On rentre le soir, il fait nuit.

Comme chaque année, on a tourné les aiguilles du cadran. La bonne nouvelle ? On a gagné une heure de sommeil. La moins bonne ? Le soleil s'est fait la malle. You win some, you lose some.

Et le moral ? Honnêtement ça pourrait aller mieux.

Ne cherchez pas : c'est le blues automnal. Car selon un sondage 57% des Français se sentent impactés par le changement de saison. Et pour cause : en hiver, notre horloge biologique – le rythme circadien dans le jargon consacré – est largement affectée par le manque de lumière. De quoi remettre sur le tapis le débat autour du changement d’heure, mais passons.

Quoi qu'il en soit, la mélancolie ambiante a vite fait de gagner nos bureaux.

Alors, pour aider vos équipes à reprendre du poil de la bête, voici quelques conseils pour lutter contre la déprime saisonnière. Haut les cœurs !

1. Mettre fin aux néons

Si jusqu'ici on pouvait aisément se passer des spots néons qui ornent nos lieux de travail, c'est tout de suite plus compliqué quand il fait nuit à 16h30. Et qui dit mauvaise lumière dit baisse d'énergie et moral en berne. Top.

Cette année, il est encore temps d'investir dans des éclairages plus agréables, et des lampes individuelles (voire des lampes de luminothérapie ?).

Attention aussi à ne pas surchauffer les bureaux. Même par un froid glacial dehors, la température idéale reste 19-21 degrés. Cela évitera les bâillements contagieux qui circulent dans l'open space dès 17h.

2. Miser sur les endorphines

La meilleure façon de lutter contre la sédentarité de ces funestes mois ? Bouger, pardi. Mais on va pas se mentir : le froid et le manque de lumière poussent plutôt à rentrer chez soi le soir, direction le canapé, sans passer par la case salle de sport. Pour contrer cette tendance, chez moka, nous avons mis en place un canal Slack pour organiser des séances de sport en équipe à l'heure du déjeuner. Le petit plus : difficile de se démotiver lorsque toute l'équipe compte sur nous !

3. Miser sur les calories, aussi

Parce que l'année dernière, nous étions terrés chez nous à cause du virus-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom (adieu dîner de Noël entre collègues), cette année la raclette ce sera double dose. Ces dîners de fin d'année auront une saveur particulière et le Secret Santa aussi (et pour éviter tout faux pas, voici un petit guide des cadeaux à partager à vos équipes).

4. Hiberner ?

Et puis quoi encore ? Mais selon certains experts, on pourrait tout à fait imaginer un "rééquilibrage" entre notre horloge biologique et notre horloge sociale. Cela reviendrait à écourter le temps de travail pendant les mois d’hiver et, pour compenser, le rallonger pendant l'été, quand la lumière est plus abondante et le corps redouble d'énergie. Efficacité prouvée : aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, des lycées tentent de mieux se caler sur les horloges circadiennes des jeunes. Résultat : chute de l’absentéisme et meilleurs résultats scolaires. Sans compter que cela nous permettrait de (1) profiter du peu de lumière que nous offrent ces jours d'hiver, (2) mieux dormir et donc (3) aller mieux.

Au fond : vivre au rythme des saisons, une hérésie totale ?
Vous avez 4 heures. ✏️


À propos de l'auteur
Camille Albouy